Programme scientifique

Techniques et convivialités : la fabrication des environnements

Introduction au programme scientifique tel qu’il a été proposé dans le cadre du quadriennal de l’UMR 5600 en septembre 2009.

Le thème « techniques et convivialité : la fabrication des environnements » a pour enjeu l’observation des modalités de fabrication et de mobilisation des dispositifs techniques et spatiaux. En effet, toute activité sociale requiert l’usage et la fabrication d’objets. De ceux, profanes, absorbés dans le quotidien, à ceux, sacrés, commis aux liturgies et aux rites, les objets sont nécessairement mobilisés par les activités anthropiques quelles qu’elles soient. Les cités ne dérogent pas à cette règle et s’établissent en « villes » par une grande diversité d’objets fabriqués. Ces assemblages d’objets sont ici appelés les « dispositifs techniques et spatiaux ». Cette appellation permet de rassembler sur un même plan d’observation le domaine fini d’objets à la fabrication desquels oblige la vie dans la cité. L’existence de ces assemblages relève d’activités de fabrication qui ressortissent à l’aménagement, à l’urbanisme, à l’architecture et au génie civil. Ainsi, l’assemblage que forment les trottoirs, les caniveaux, les bateaux, les bouches et les plaques d’égouts, les potelets, la chaussée, les passages cloutés, les places de stationnement, les horodateurs, les panneaux de signalisation, la signalisation lumineuse, les candélabres, les mobiliers, les émergences de réseaux, etc. constitue l’un des dispositifs techniques et spatiaux caractéristiques de la ville contemporaine, autrement dit de « l’espace public ».

Cette approche par les objets consiste à observer l’artificialisation contemporaine à partir du double processus de massification qui la caractérise : celle des gens et celle des objets fabriqués, l’une ne semblant pas aller sans l’autre[1]. Cette massification est la principale caractéristique de l’urbanisation contemporaine. Elle s’enracine au XVIIIe siècle et suit une évolution exponentielle depuis la seconde moitié du XXe siècle. Elle est adossée à l’anéantissement des sociétés de subsistance[2] et, plus généralement, à la disparition des sociétés dont les encastrements territoriaux, temporels, techniques, sociaux, économiques et politiques, qui forment la morphologie sociale au sens de M. Mauss[3], étaient proches ou en symbiose avec les cycles « naturels ».

Dans les sociétés de subsistance, la proximité avec la « nature » ne s’imposait pas comme un projet ; elle était subie comme une dépendance et une réalité à laquelle la cité devait faire face. D’une part, la morphologie de ces sociétés s’appuyait sur les cycles « naturels », constituant l’ordre immuable de la nature. Ces cycles organisaient le temps social : le cours des activités sociales en dépendait. D’autre part, ces cycles naturels étaient « extérieurs » à la société : les lois de la cité n’avaient aucune prise sur les lois de la nature. Cette différence transcendante séparant les lois de la cité de celles de la nature caractérisait l’institution de la cité et celle de la nature. Ainsi, la cité se distinguait de la nature, comme tout artifice se distingue des phénomènes sur lesquels l’activité anthropique n’a aucune prise. Dans les sociétés de subsistance, la ville se construisait contre son environnement « naturel » et l’hostilité de celui-ci pour constituer un environnement humain, politiquement orienté.

La disparition progressive des sociétés de subsistance s’est accompagnée d’une massification de l’urbanisation. Depuis le XIXe siècle, cette massification s’accélère sous l’effet de l’industrialisation et de la mondialisation de la société industrielle[4]. Dans l’histoire des sociétés contemporaines, l’industrialisation semble se caractériser par le fait que la cité et la nature, la ville et l’environnement, ne se distingueraient plus, ville et nature ayant perdu leur stabilité ontologique. En effet, les processus naturels sont de plus en plus souvent le fait d’actions anthropiques[5] et les frontières entre l’artifice et la nature tendent à s’effacer[6]. En ce sens, l’urbanisation massive renouvelle la cité et la ville sur les plans « pratico-symbolique » et « typo-morphologique »[7]. Les sociétés contemporaines se distinguent des sociétés anciennes par la multitude et la variété des objets qui peuplent cet espace, voire qui y prospèrent. Les villes contemporaines se constituent par l’assemblage des objets nécessaires à la cité et qui forment les réseaux, les pleins et les vides qui accueillent la foule des autres objets industriels. Autrement dit, la fabrication de ces objets constitue la ville. Ces objets se tenant entre les citadins, leur usage et leur possession établissent ces citadins comme citoyens. Leur fabrication devient la finalité de toute activité anthropique. En ce sens, la cité contemporaine est aussi la cité des objets, en l’occurrence d’objets techniques fabriqués. Elle constitue une cité « hyperindustrielle[8] ».

Mobilisés dans les activités urbaines, ces objets tendraient à augmenter l’autonomie des individus[9]. Cette autonomie appellerait au renforcement de la coordination de l’activité urbaine et, par conséquent, à celui de la normalisation des comportements individuels et collectifs, normalisation obtenue par les techniques[10], notamment par les techniques du corps et par les techniques d’usage qu’implique la manipulation des objets. Cette normalisation par la technique redéfinirait la cité ; redéfinition qui se caractériserait par une tendance à la dépolitisation de la cité. La gouvernance, en se substituant au gouvernement de la cité, serait symptomatique de ce processus de dépolitisation[11]. Autrement dit, en reprenant la formule saint-simonienne, « l’administration des choses » tendrait à remplacer le « gouvernement des hommes». Dans cette perspective, les difficultés soulevées par l’application du développement durable pourraient ressortir des conditions d’institution de la cité contemporaine, notamment de la capacité de cette cité à s’intéresser à « son sort en tant que société[12] ».


[1] Toussaint J.-Y., 2009, « Techniques et usages », in Stébe J.-M. et Marchal H., Traité sur la Ville, Paris, PUF, p. 461-512.

[2] Illich I., 2005, Œuvres complètes. Volume 2, Paris, Fayard, 968 p. ; notamment Le Chômage créateur. Postface à la Convivialité, pp. 23-90.

[3] Mauss M., e1999 (1re éd. 1950), Sociologie et anthropologie, Paris, PUF, coll. Quadrige, 482 p.

[4] Stiegler B., 2001, La technique et le temps. 3. Le temps du cinéma et la question du mal-être, Paris, Ed. Galilée, coll. La philosophie en effet, 336 p.

[5] « Dès le moment où nous avons commencé à déclencher des processus naturels de notre cru […] nous n’avons pas seulement accru notre pouvoir sur la nature, […] pour la première fois nous avons capté la nature dans le monde humain en tant que tel et effacé les frontières défensives entre les éléments naturels et l’artifice humain qui limitaient toutes les civilisations antérieures. », Arendt H., 1972, La crise de la culture, Paris, Gallimard, coll. Folio essais, p. 82.

[6] Stiegler B., La technique et le temps, op. cit.. ; ARENDT H, La crise de la culture, op. cit.

[7] Devillers C., 1974, « Typologie de l’habitat et morphologie urbaine », Architecture d’Aujourd’hui, n° 174, p. 18-22 ; Raymond H., 1984, L’architecture, les aventures spatiales de la raison, Paris, Ed. CCI, coll. Alors:, 293 p.

[8] Stiegler B., La technique et le temps, op. cit.

[9] Toussaint J.-Y., Vareilles S., 2009 « A qui profite la concertation ? », in Geographica Helvetica, (à paraître).

[10] Mauss M., Sociologie et anthropologie, op. cit. ; Halbwachs M., e1994 (1re éd. 1925), Les cadres sociaux de la mémoire, Paris, Albin Michel, coll. Bibliothèque de l’Evolution de l’Humanité, 374 p.

[11] Moreau Defarges P., La gouvernance, Paris, PUF, coll. Que sais-je ?, pp. 24-30.

[12] Castoriadis C., e1996, La montée de l’insignifiance. Les carrefours du labyrinthe – 4, Paris, éd.du Seuil, coll. Points / Essais, p. 17.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *