Prescriptions normatives et massification des objets techniques : où viennent se nicher les usages de l’énergie ? Résultats et méthodes d’enquête

vendredi 4 mai 2012, 14h-16h, salle E. Léger, ISH de Lyon, 14 avenue Berthelot, 69007 Lyon

Ce séminaire s’organise autour de l’intervention de Hélène Subremon, sociologue et anthropologue au Laboratoire Techniques Territoires et Sociétés (LATTS-UMR CNRS 8134). Il a pour objectif de confronter nos observations sur les espaces publics urbains et les dispositifs techniques et spatiaux de l’urbain[1] à celles menées sur les objets liés à l’énergie. Cette confrontation envisage les questions relatives aux normes, à la massification technique et aux usages.

Résumé de l’intervention

L’intervention de Hélène Subremon s’appuie sur un travail de recherche à la fois issue de sa thèse de doctorat, Habiter avec l’énergie pour une anthropologie sensible de la consommation d’énergie[2], et d’un rapport publié aux presses du PUCA qui revient sur un état de lieux de la littérature et plus largement de la réflexion académique en Europe sur les usages de l’énergie domestique[3].

Ce travail de recherche consiste à explorer les usages de l’énergie domestique avec une approche socioanthropologique. Aujourd’hui l’objet semble évident. Il ne l’était pas dans les premiers temps des années 2000. Il s’est imposé à la recherche scientifique par une commande publique de plus en plus pressente à trouver des solutions aux politiques publiques locales et globales de la transition énergétique. Réduction de la consommation d’énergie des ménages, rénovation des logements, adoption des énergies renouvelables sont autant de thématiques désormais incontournables de la recherche en sciences sociales sur la ville, le projet urbain, le logement, les manières d’habiter, etc.

Cette intervention est composée de quatre parties :

  1. L’exposition d’un contexte de prescriptions normatives très puissant menant à la standardisation des pratiques sociales : comment dans trois pays européens (France, Allemagne, Angleterre), aux cultures et manières d’habiter spécifiques, ces pratiques convergent-elles ?
  2. Qu’entend-on par massification technique, dans l’espace domestique, désignée également comme un déferlement technique ? Comment caractériser cet outil privilégié qui accompagne le discours politique d’économie ?
  3. Et pourtant, malgré tout, l’étude attentive des modes d’habiter avec l’énergie permet d’observer de la résistance, du frottement, une certaine forme d’opposition qui prennent la forme d’usages spécifiques. C’est à travers le rapport aux saisons que ces usages sont ici observés. Les saisons dans les modes d’habiter urbains ou comment le rapport au corps, au temps qui passe, à l’élément « nature » dépasse cette uniformisation et à quelque chose à dire dans cet environnement qui se technicise.
  4. Enfin, la dernière partie de l’intervention revient sur la démarche d’enquête, sur la méthode employée dans le terrain : d’abord celle de l’observation participante, de l’observation en résidentielle (finalement peu courante dans les terrains occidentaux contemporains de la vie domestique) comme point de départ initial et fondateur de cette première tentative de construction d’une anthropologie de l’énergie.

[1] Cf. par exemple, Toussaint J.-Y., 2009, «  Les usages et les techniques » dans Stébé J.-M., Marchal H. (dirs), Traité sur la ville, Paris, PUF, pp. 461-512 ; Toussaint J.-Y., Vareilles S., 2010, « Handicap et reconquête de l’autonomie. Réflexions autour du rapport entre convivialité des objets et autonomie des individus. Le cas des dispositifs techniques et spatiaux de l’urbain », Geographica Helvetica, 65 (4), pp. 249-256

[2] Subremon H., 2009, « Habiter avec l’énergie. Pour une anthropologie sensible de la consommation d’énergie », Thèse de doctorat en sociologie sous la direction de P. Bonnin, Université Paris 8.

[3] Subremon H., 2011, Anthropologie des usages de l’énergie dans l’habitat. Un état des lieux, La Défence, Ed. PUCA, 70 p.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *