La frontière entre le «social» et le «politique» : une délimitation éminemment politique

jeudi 26 avril 2012, 17h-19h, salle E. Léger, ISH de Lyon, 14 avenue Berthelot, 69007 Lyon

Ce séminaire s’appuie sur l’intervention de Nicolas Jouvenceau, professeur agrégé de philosophie. Si nos travaux traitent des rapports entre dispositifs et organisations, techniques et sociétés (notamment à partir de l’observation de la mobilisation des objets dans l’activité sociale urbaine), ils laissent souvent de côté les rapports entre techniques et politiques. Nicolas Jouvenceau propose de revenir sur ces rapports à travers l’analyse de la séparation entre l’activité sociale et l’activité politique.

Résumé de l’intervention

Que la ligne de démarcation entre le « social » et le « politique » fasse l’objet de confusions ou d’indécision ne tient pas uniquement à un problème conceptuel. Ceci tient aux « choses mêmes » et au regard que l’on porte sur elles. Aussi est-ce une question à la fois méthodologique et politique. Dans l’optique des sciences politiques et de la sociologie politique, orientées par le critère de la positivité et par un souci descriptif, la politique renverra aux stratégies de pouvoir et de conquête du pouvoir, à l’analyse des institutions étatiques, des partis politiques,… La tradition philosophique héritière de Platon et Aristote traitera plutôt du politique (au masculin) en cherchant à établir les normes du bien commun, de la justice, ainsi que les formes du meilleur régime, question que l’on retrouve ensuite sous une autre forme avec les théoriciens du contrat social ou les réflexions sur la justice sociale. Suffit-il alors, au terme d’une histoire complexe, de différencier la « société civile » et l’« Etat », comme le propose Hegel, ou les sphères « privée » et « publique » comme le fait H. Arendt ? Ou bien le geste qui tranche entre les deux niveaux d’analyse n’est-il pas lui-même éminemment politique ? La question de la frontière serait par conséquent polémique et objet de débat, à la fois entre les doctrines et les auteurs, mais aussi entre les disciplines universitaires, et entre citoyens aux convictions divergentes.

Nicolas Jouvenceau est professeur agrégé de philosophie. Il enseigne en classes préparatoires économiques et commerciales au Lycée Ampère à Lyon. Il est également  chargé de cours à l’Université Lyon III en Philosophie morale et politique (Licence) depuis 2003.

Références bibliographiques

  • Jouvenceau N., 2012, « Travail social et reconnaissance du tort politique. Comment se faire médiateur de la mésentente ? »,  Troisièmes journées de la recherche sociale « L’action collective, au croisement du social et du politique », CNAM, Paris, 15-16 mars 2012
  • Jouvenceau N., 2011, Les fondements psychiques, linguistiques et institutionnels de la servitude volontaire, thèse de doctorat en philosophie sous la direction de M. Revault d’Allonnes, EPHE
  • Jouvenceau N., 2010, « L’imagination politique : entre risque d’aliénation et inventivité émancipatrice », Espace prépas, décembre 2010
  • Jouvenceau N., 2004, « Religion, rôle de la langue et limites de la foi », Esprit, n°310, décembre 2004

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *